Archive | octobre 2014

Moment d’optimisme et flou artistique.

Il y a des périodes où je suis plus optimiste. Où je me dis que la chimio touche bientôt à sa fin, que le pet scan peut être nickel, et là hop, «plus que» la radiothérapie et la vie reprend son cours où elle s’était arrêtée.

Ah ! Je ne pense pas qu’elle reprendra comme ça, ma vie, aussi facilement que «là où elle s’était arrêtée». Je pense que cette cicatrice restera en moi. Vous voyez ? J’en parle comme si c’était déjà fini, alors qu’il y a des jours où je me vois devoir subir une chimio plus lourde et vivre d’atroces moments. Non je n’exagère pas. Se sont d’atroces moments.

Pour moi la vision du futur s’arrête à la date du pet scan. Ensuite, c’est tout flou, c’est noir, je n’arrive pas à projeter quoi que ce soit. Je sais où nous passerons Noël cette année, mais je n’arrive pas à nous y voir.

0 Commentaires

Quand la peur ne me quitte pas…

Un petit article rapide… sur ma peur de devoir encore me battre et surmonter la fatigue le stress, la peur.
Tout le monde me dit d’arrêter de toucher ces petits ganglions que je sens toujours au niveau de mon cou (j’ai l’impression que ce sont des nouveaux). On me conseille cela avec la plus grande évidence : «ça te fait du mal, ça te stresse, arrête d’y penser !»
Facile, pour quelqu’un qui ne vit pas ce que j’éprouve. Le mal-être de la chimio, la peur de mourir… ou de devoir, avant cela, affronter de lourdes chimiothérapies qui me rendraient stérile car, comme ça arrive parfois «pas le temps de conserver les ovules, le scanner est très mauvais».
J’ai dix milles peurs.

Le problème c’est que je vois bien que les toucher ne sert à rien, et que je suis obligée d’attendre le tep-scan fin novembre. En attendant, je devrais profiter du temps que j’ai, au lieu de cela, les angoisses me paralysent.

Prendre un comprimé cotre l’anxiété ? Mon médecin m’en a prescrit. Mais j’hésite. Tout le monde me dit que c’est normal d’avoir peur. Je le pense aussi. J’ai envie de laisser mon corps tranquille et d’écouter mes émotions.

Alors je vis chaque jour en attendant d’aller mieux, en attendant que tout ce cauchemar soit terminé, s’il se termine un jour.

4 commentaires

Blog du niveau intermédiaire |
Cigaretteelectroniquebordeaux |
Neurosciences & Autisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fouquiau
| La petite blouse blanche
| Dandycloud